Replique Montre Audemars Piguet Royal Oak Regarder La Saga d’un Mythe

Depuis Rolex Submariner ou Reverso Jaeger-LeCoultre, l’Audemars Piguet Royal Oak est l’un des modèles les plus légendaires de l’horlogerie moderne. Le chanteur Pharrell Williams, via le DJ Martin Solveig et le joueur de tennis suisse Stanislas Wawrinka, il y a d’innombrables célébrités qui ont adopté cette caractéristique des spectacles.

Pour comprendre l’aura de ce culte horloger, il faut remonter à la date de sa création en 1972. A cette époque, déjà Rolex domine outrageusement le Replique Montre marché des montres de luxe et les modèles à quartz japonais commencent à menacer l’industrie horlogère suisse. Il devient urgent pour Audemars Piguet de se réinventer pour continuer d’exister. La marque, plutôt conservatrice à l’époque, a fait appel au designer ingénieur de Gérald Genta pour imaginer de nouveaux spectacles radicalement différents. Il donne ensuite naissance au Royal Oak, qui permet à la marque de rajeunir son image tout en révolutionnant l’horlogerie.

Attention au temps
La légende raconte que Gérald Genta a conçu le Replique Montre Royal Oak en une nuit, juste avant l’ouverture de Baselworld 1971. Il répondait à une demande du patron d’Audemars Piguet qui voulait un concept révolutionnaire à l’époque, des répliques de montres Audemars Piguet afin de conquérir l’italien marché. Il voulait une montre à la fois sportive et élégante en toutes circonstances, et avec un niveau de finition maximal. On ne peut pas avoir été déçu de la montre conçue par Gérald Genta…

Le Royal Oak a répondu à plus d’une manière de briser la volonté désirée par les dirigeants d’Audemars Piguet. Tout d’abord, cela a permis à la marque de proposer une montre en acier au prix de plusieurs montres en or. Certes, l’acier est plus difficile à travailler que l’or car c’est un matériau plus dur. Pour mémoire, le Royal Oak a été conçu des prototypes en or blanc car l’acier était trop résistant pour les machines de l’époque. Le pari était audacieux pour Audemars Piguet, mais il s’est avéré gagnant.

En plus de sa conception originale, où les courbes et les angles remplacent les cercles octogones, le Royal Oak a une conception de méthode sans précédent. En effet, le boîtier est intégré à la sangle. Les deux éléments sont indissociables. Autre nouveauté par rapport aux modèles d’époque: la Royal Oak n’hésite pas à mettre en avant les éléments techniques impliqués dans la conception de la montre, tels que les écrous articulés et apparents. À l’époque, de nombreux fans criaient au scandale, mais aujourd’hui, la plupart ont changé d’avis.

Le Royal Oak a révolutionné le marché horloger
Dans un premier temps, le niveau de finition requis par Gerald Genta provoque une hausse du prix du Royal Oak. Elle se vendait aux alentours de 3000 dollars au départ, ce qui équivalait à dix Rolex Submariner de l’époque… Cela explique en partie son lent démarrage. Au cours de ses trois premières années d’existence, il n’en a vendu qu’un millier d’exemplaires. Mais au fil du temps, il finit par conquérir les amateurs et les collectionneurs. Aujourd’hui, l’original «Jumbo» de 1972 et son cadran «tapisserie» bleu sont le Saint Graal pour les amoureux de ce modèle. Des versions modernes plus massives, ainsi que la gamme technique Royal Oak Offshore, ont ensuite permis de réinventer la légende pour attirer encore plus de followers.

Le Royal Oak a non seulement sauvé la disparition d’Audemars Piguet, mais a également changé le marché horloger. Grâce à elle, ce n’est plus le matériau utilisé pour son design qui décide du prix d’une montre, mais son design, ses finitions fines et la qualité de son mouvement. Rien que pour cela, il mérite d’entrer dans le panthéon des montres modernes.